words, flowers, encounters, everything that is Pierre

come and see us - passez nous voir

nous recherchons actuellement une personne pour s'occuper de notre site et de son animation

suivez nous sur Face book
ou
beaucoup mieux, passez nous voir


we are looking for the good person to take care of our website

follow us on Face book
or
far better, come to our place - you"ll enjoy


Parution Coté Sud Février 2015

merci à l'équipe Coté Sud
merci à Cécile Vaiarelli et Bernard Touillon
merci à Stéphane Magnin
et merci à tous ceux qui permettent que ce lieu existe

CH07 - Shell Chair




SHELL CHAIR - CH07 -  Hans J. WEGNER
design danois - 1963

Bernard Touillon - les panamas



exposition du 11 avril au 31 mai 2014


Arbitres de l’élégance, ils sont uniques, mythiques. Faisant fi des modes, les inconditionnels recherchent leur finesse, leur souplesse, leur régularité teintée d’un savoir-faire ancestral. Chef d’œuvre de paille les Panamas s’invitent chez Pierre.

Les photographies de Bernard Touillon capturent leur beauté intemporelle.

Bernard Touillon adopte son premier appareil photo à l’âge de 12 ans. C’était un box qui portait le joli nom de Superboy. En optant pour les lumières du Midi, les jeux d’ombres et de lumières ne le quitteront plus. De voyages en reportages ses prises de vues minutieuses en lumière naturelle tournent autour de l’art de vivre, du design, des textiles … ou le sens de la lumière, les nuances et les matières renforcent ses compositions. Depuis toujours, les photographies pensées comme des fragments de scène gardent sa préférence.

chaque photo est éditée à 5 exemplaires numérotés - épreuve digitale - encre Ultrachrome Epson

les panamas sont des SUPERFINO et des MONTECRISTI et sont vendus chez Pierre


 

by Rita




Aux antipodes de la création industrielle, Pascale Morin crée des pièces uniques, faites main, en utilisant la technique du modelage en porcelaine papier. Grâce à l’association de la barbotine de porcelaine et de la cellulose, les fibres de papier renforcent la cohésion de la porcelaine ainsi que sa résistance à la contraction et au séchage. Ce processus laisse place à une grande liberté de mise en forme et à une finesse exemplaire. Après une première cuisson, les pièces sont émaillées : le minéral se métamorphose alors en végétal, sublimé par la rosée du petit matin ou la fraîcheur du soir. Comme doté d’un supplément d’âme.

Depuis 2010, Pascale Morin a intégré les Ateliers d’Art de France. Sous le nom de « BY-RITA, création Pascale Morin », elle expose ses créations dans les salons professionnels ainsi que dans différents lieux et galeries ouverts au public en France et à l’international
Certaines de ses pièces sont vendues chez Pierre

Lampe Mantis

Bernard Schottlander

Né en 1924 à Mainz en Allemagne, Bernard Schottlander fuit en Angleterre en 1939. Pendant la guerre, il travaille comme soudeur dans les usines d'armements. Après guerre, il suit des cours de sculpture au Leeds College of Art, puis à St John’s Wood grâce à une bourse du Anglo-French Art Centre. Sa formation de soudeur jouera un rôle considérable dans son œuvre. Il monte son atelier dans le nord de Londres assisté par Georges Nash qui a acquis une solide formation dans les ateliers de l’armée de l’air britannique. La production de Bernard Schottlander s’apparente alors au travail d’artiste à la recherche de formes nouvelles, chaque pièce étant produite à la main et en série très limitée. Bernard Schottlander se définit comme designer pour l’intérieur, et sculpteur pour l’extérieur. En 1963, il décide de se concentrer sur la sculpture. A partir de 1965 il enseigne le travail du métal à St Martins School et expose cette même année avec le groupe Six Artists à l’Institute of Contemporary Arts, London. En 1966, il fait sa première exposition solo à l’Hamilton Galleries, de Londres.


La Lampe Mantis

Grand admirateur d’Alexander Calder, Bernard Schottlander crée en 1951 une série de luminaires du nom de MANTIS. Le mouvement est la source d’inspiration de tout le travail de Schottlander : artiste, ingénieur-bricoleur, il met au point un système de pivot-contrepoids astucieux, et utilise des joncs de métal souples et résistants. Projeté en l'air comme un acrobate, le réflecteur en aluminium repoussé est novateur : l’œil du sculpteur le taille en mouvement hélicoïdal : la symétrie tiraille l’asymétrie. Ces luminaires, jouant sur la tension entre l’équilibre et le déséquilibre, dessinant les secrets du vide et du plein, tels des mobiles, semblent défier les lois de la pesanteur. La poésie de l’objet invite au rêve ; l’élégance sur un fil...


Vous êtes ici : Accueil